Synthèse de l’étude du CSA sur les nouveaux territoires audiovisuels


Le 04/11/2016

Extrait :

Chiffres clés

  • Le marché publicitaire plurimédias est en forte contraction depuis 15 ans : - 18% entre 2000 et 2015 en euros constants 1.
  • Avec 31% de part de marché publicitaire nette en 2015 comme en 2005, la télévision démontre une certaine résistance comparativement à d’autres médias, face à la forte croissance d’internet : 26% de part de marché publicitaire en 2015 contre 2% en 2005 1.
  • Cette stabilité de part de marché masque toutefois la forte baisse des recettes publicitaires du média TV : -15% entre 2000 et 2015 en euros constants 1.
  • La publicité, première ressource pour la télévision, voit sa part diminuer dans le total du financement du secteur (de 45% en 2001 à 38% en 2014), au profit de la ressource publique, qui augmente (de 29% en 2001 à 33% en 2014) 2.
  • Cette contraction est particulièrement problématique pour les groupes audiovisuels privés qui dépendent en premier lieu du marché publicitaire (respectivement 78% et 65% du chiffre d’affaires des groupes TF1 et Métropole TV en 2015) 3.
  • Cette contraction produit également des effets non négligeables sur le financement des programmes par les groupes audiovisuels privés notamment s’agissant de la production d’œuvres audiovisuelles : baisse de 2% de la contribution des chaînes entre 2011 et 2015 4 .
  • Les recettes publicitaires vidéo (sites et applications) des groupes audiovisuels ont triplé entre 2011 et 2015 (de 30 à 90 millions d’euros 5 ) mais représentent toutefois moins de 3% des recettes publicitaires télévisuelles en 2015.
  • Les recettes publicitaires sur internet ont atteint 3,2 milliards d’euros en 2015, dont 309 millions d’euros uniquement sur la publicité vidéo, qui s’affirme comme le format emblématique de la convergence au sein de l’environnement numérique 6.  

Principaux enseignements 

Dans l’univers des services de médias audiovisuels, le CSA est, aujourd’hui, le garant d’une triple protection : protection des publics et des consommateurs (volume publicitaire limité qui contribue aussi à préserver la valeur, restrictions sectorielles ciblées), des annonceurs (sécurisation de leurs investissements publicitaires) et de la liberté éditoriale (indépendance des contenus vis-à-vis des messages publicitaires, respect de l’intégrité des œuvres et soutien à la qualité des programmes).

Au terme des travaux conduits dans le cadre de cette étude, il apparaît clairement que la croissance des recettes publicitaires d’internet n’a pas suffisamment profité aux éditeurs nationaux qui pourtant financent l’essentiel des contenus, tandis que de nouveaux acteurs extra-européens puissants tels que Google et Facebook (qui représentent chacun plus des trois-quarts du marché du référencement payant et de l’activité sur les réseaux sociaux) ne contribuent pas ou peu à la création de valeur sur le territoire national. 

Au regard du contexte de marché, il semble aujourd’hui indispensable de favoriser le dynamisme de l’offre publicitaire par des ajustements réglementaires visant à faciliter l’adaptation des groupes audiovisuels à leurs nouveaux espaces concurrentiels. Pour autant, il apparaît tout autant nécessaire de transposer les protections dont bénéficient les acteurs de la chaîne de valeur publicitaire à l’univers d’internet, afin d’assurer au développement de la publicité digitale un cadre harmonieux, équilibré et respectueux des parties prenantes économiques comme des libertés publiques.

Pour en savoir plus, le document est à votre disposition sur le site du CSA   


1 Source : IREP, traitement CSA.

2 Source : IREP, comptes publics, données financières des opérateurs.

3 Source : Comptes financiers des opérateurs.

4 Source : CSA - chiffres clés de la production audiovisuelle.

5 Source : CNC - recettes publicitaires des services de télévision de rattrapage.

6 Source : SRI/PWC/UDECAM - Observatoire de l’e-pub.





Cette page peut aussi vous intéresser :




  Retour aux actualités

Nos adherents



Tous les adherents  



Pourquoi devenir adherent ?

Vous souhaitez rejoindre le SPECT et bénéficier de notre accompagnement ?


Devenir Adherent